Claire Marie

Parcours de psychologue:

cropped-image3-260.jpg

Bonjour, je m’appelle Claire, je vis et je travaille en Angleterre, près de la mer. Je suis psychologue clinicienne avec un forte influence ethopsychiatrique. Depuis 15 ans, j’ai travaillé dans des domaines divers, la psychiatrie lourde, la médecine du travail, et la psychologie de la santé. Puis, ces dernières années, je me suis particulièrement intéressée à la douleur chronique et la Fibromyalgie.

Parcours chamanique et spirituel:

Quand j’ai commencé à pratiquer, il y longtemps, je ressentais des choses avec mes patients auxquelles je ne pouvais donner sens. Je me suis alors intéressée à des approches plus holistiques, et par hasard (mais le hasard existe t’il ?) j’ai rencontré la médecine Aztèque et j’ai été initiée dans sa pratique. Au fil des mois et années qui ont suivi, les concepts énergétiques de cette médecine ancestrale ont transformé ma vision du monde et donné sens à ces expériences spirituelles que je vivais depuis de nombreuses années sans pouvoir les nommer. Alors, j’ai fini par intégrer ces techniques à ma pratique de psychologue et je crois pouvoir dire que j’ai développé une forme d’intervention qui m’est propre: elle allie les deux arts.

Ma vision du chamanisme:

Après cette initiation première, mon apprentissage chamanique s’est prolongé de façon discrète mais incessante. Sans maître particulier, je trouve mes guides dans la relation profonde que j’ai développée avec la Nature. Les arbres, le feu, la mer, les pierres, les animaux… L’âme des patients qui me font confiance sont mes plus précieux guides. Et c’est dans la dévotion que je porte à mon travail que se trouve l’énergie directrice de ma pratique spirituelle. Ainsi, mon approche du soin ne cesse d’évoluer au fil de mes rencontres, tant avec les êtres incarnés qui croisent ma route (patients, amis, connaissances…), qu’avec les êtres désincarnés que sont les Esprits. Mon livre vous en dira plus sur mon histoire…

En savoir plus

De façon un peu plus formelle on peut dire que le chamanisme dans son sens strict est un phénomène religieux de Sibérie et d’Asie centrale. Le rôle du « chaman » est de gérer les relations entre les humains et le monde des invisibles. Mais l’étymologie du terme est discutée, elle signifierait « celui qui sait» et/ou « celui qui s’agite ». En ce qui me concerne, la deuxième définition est celle qui me convient le mieux. Je me méfie toujours de penser trop « savoir ».

Depuis les années 50, certains chamans en charge de lignées ancestrales ont transmis leur connaissance à quelques occidentaux, ouvrant la voie à une transformation des pratiques ainsi qu’à l’usage du terme. Des écoles se sont alors fondées, qui ont formé des générations de « praticiens chamaniques ». Ainsi, on peut parler d’occidentalisation des pratiques chamaniques, et la mienne, est un exemple illustratif de ce phénomène.

Pourquoi je m’appelle “chamane”…

En savoir plus
L’idée que tout le monde peut devenir chaman en entrant dans des états de conscience altérée s’est répandue ces dernières décennies dans la philosophie New Age, et pourtant dans la pratique, seules certaines personnes se sentent appelées à mettre ce don au service de la communauté. Notre société, elle, n’a pas de mot pour décrire ces individus qui, comme moi, ressentent cet appel au plus profond de leur être. Le terme a d’abord été employé par des anthropologues russes pour décrire les prêtres dans les peuplades du lac Baïkal. Le chaman est assailli par des expériences énergétiques qui ne peuvent être canalisées que lorsqu’elles sont mises au service de l’autre, ainsi « Être chaman » n’est pas un choix; dans les sociétés traditionnelles c’est même souvent considéré comme un sacerdoce. 

Les cosmologies chamaniques m’ont aidée, car c’est grâce à elles que j’ai pu canaliser mes expériences spirituelles. En apprenant les techniques qui me permettent de les mettre au service de l’Autre, elles sont devenues tolérables et créatrices de beauté et de transformation. Ainsi, je n’ai pas vraiment choisi d’être chamane, je serais simplement tombée malade si j’avais refusé de le devenir! Mais je vous rassure, bien que ce ne soit pas rose tous les jours, être chamane est un privilège. En fait, je ne connais pas de joie plus pure que celle que je ressens lorsque je distingue, dans le regard de mes patients, la petite lumière qui signale que leur Esprit est revenu dans leur corps.

 

Commander mon livre